Lalande à la rescousse de Bellemare

Depuis le témoignage de Bellemare à la commission Bastarache, toute cette histoire de nomination des juges commençait à prendre l'allure d'une géante mascarade. TOUS les témoignages allaient à l'encontre des propos de Marc Bellemare. Malgré cela, l'avis public ne fléchissait pas et penchait toujours du côté de Bellemare plutôt que de celui de Charest, notre premier ministre adoré. Aujourd'hui, c'était le témoignage du sous-ministre Georges Lalande à la commission et pour une fois, quelqu'un de crédible a corroboré les faits de Bellemare. Une belle journée si on veut!

George Lalande

L'article Charest aurait dit: « C'est comme ça que ça marche! » disponible sur Cyberpresse résume très biens les faits soulevés aujourd'hui. Selon Lalande, les principaux collecteurs de fonds du Parti libéral (Franco Fava et Charles Rondeau) auraient conseillé (sous forme de pressions) aux deux de sélectionner des juges de leur choix contre leur support sur certains projets. En gros, on a affaire à du chantage dont Charest était au courant et qu'il laissait sévir allègrement. Oui oui, encore Charest! Comment peut-on renoncer à ces grands bailleurs de fonds responsables de la plus grande partie du financement du PLQ? Bien entendu, si les limites de dons au parti étaient respectées, ces pressions auraient probablement beaucoup moins d'importance sur les membres du gouvernement et ceux-ci pourraient prendre des décisions impartiales. Si on comprend bien, pour le Parti libéral du Québec, les restrictions imposées en lien avec le financement n'existent pas et, de plus, toutes les décisions sont envisageables: ce n'est qu'une question de prix.

La semaine s'annonce bien, Charest et Fava seront passés au peigne fin (du moins, c'est ce qui supposé arriver). J'essaye encore de m'imaginer les deux se faire trainer dans la bouette.