Élections canadienne et technologies de l'information

J'en profite en ce jeudi soir (ou plutôt en cette nuit) pour faire un court message en lien avec les élections canadienne. Également, j'inaugure la nouvelle catégorie « Technologies de l’information » qui est ma concentration à l'université en administration des affaires.

Logo d'Élections Canada

Pour ceux qui sont habitués aux technologies (c'est-à-dire pratiquement tout le monde), je trouve ça spécial aller voter. Me considérant dans la génération « technologique », je trouve ça très rudimentaire la manière utilisée pour vérifier les personnes dans la liste électorale, voter, bref. Également, le fait qu'on comptabilise tous les votes à la main pour le décompte final me fait rire un tantinet. Pourquoi? Comme j'ai dit précédemment, c'est parce que c'est très rudimentaire. À l'endroit où je suis allé voter par anticipation, il n'y avait aucun appareil technologique. AUCUN! Que des papiers, des crayons, des paravents en carton et des boîtes en carton.

Photo d'une personne votant aux élections

Je crois que c'est principalement du au fait que les gens ont peur de prendre le virage technologique et que des magouilleurs trafiquent le résultat des votes. Par contre, au niveau de l'économie, des banques, des impôts, des dossiers médicaux (bientôt), le virage technologique a été entrepris depuis un bon moment. N'avez-vous pas peur qu'on vide votre compte de banque sans votre accord? Si on peut considérer les banques comme étant des institutions fiables avec des technologies fiables, alors pourquoi l'idée d'implanter des systèmes d'information pour simplifier la tâche durant les élections dérange? Bien entendu, c'est en considérant que la réalisation du système est bien planifiée et exécutée. Nécessairement, on couperait dans les coûts, on aurait peut-être la possibilité de voter par Internet de n'importe où et les chances de se tromper dans le comptage seraient pratiquement nulles (également, on pourrait éviter un scandale comme celui des votes rejetés durant le référendum de 1995). Bien entendu, il faut s'assurer que le système est sécuritaire et fiable avant de le mettre en marche, mais pourquoi fermons-nous la porte à plusieurs avantages?

Sur ce, n'oubliez pas d'aller voter.